WorldCat Identities

Centre de recherches poétiques et Histoire littéraire (Pau)

Overview
Works: 79 works in 97 publications in 1 language and 371 library holdings
Genres: Conference papers and proceedings  History  Criticism, interpretation, etc 
Roles: Editor, isb, 985, Organizer of meeting
Publication Timeline
.
Most widely held works by Centre de recherches poétiques et Histoire littéraire (Pau)
Limites du langage : indicible ou silence( Book )

6 editions published in 2002 in French and held by 79 WorldCat member libraries worldwide

Cet ouvrage pose la question des limites du langage au sein des œuvres poétiques, romanesque et théâtrales. Envisageant l' écriture dans son rapport paradoxal à l' indicible et au silence, de l' Antiquité à nos jours, il analyse les détours qui permettent de dire sans dire. Il pose d' autre part les jalons d' une poétique du silence tout en s' efforçant de démystifier la figure de l' écrivain silencieux
Figures de l'étranger autour de la Méditerranée antique actes du colloque international Antiquité méditerranéenne : à la rencontre de "l'autre", perceptions et représentations de l'étranger dans les littératures antiques, 12, 13 et 14 mars 2009 by Colloque international Antiquite mediterranneenne: a la rencontre de l'autre( Book )

8 editions published between 2009 and 2010 in French and held by 48 WorldCat member libraries worldwide

Etudes sur les figures de l'Autre dans l'Antiquité, celui que l'on appelle étranger ou barbare, celui qui n'est ni grec ni romain. A travers les textes antiques, d'Hérodote à Lucien de Samosate, il s'agit de mieux cerner les perceptions de l'Autre dans un univers constitué d'une mosaïque de peuples
Ambroise Paré, 1510-1590 : pratique et écriture de la science à la Renaissance : actes du colloque de Pau, 6-7 mai 1999 by Actes du colloque de Pau( Book )

1 edition published in 2003 in French and held by 45 WorldCat member libraries worldwide

Etudes sur les "Oeuvres complètes" du chirurgien A. Paré : analyse de la rhétorique du discours scientifique, de l'importance de la tradition médicale du Moyen Age, de la conception de la nature et de sa création sous-jacentes, des liens entre la connaissance et sa transmission par le langage, et du retentissement des écrits de Paré
Op.cit revue des littératures et des arts by Centre de Recherche en Poétique et Histoire Littéraire( )

in French and held by 30 WorldCat member libraries worldwide

Les parlementaires, les lettres et l'histoire : au siècle des Lumières 1715-1789 : actes du colloque de Pau, 7-8 et 9 juin 2006( Book )

2 editions published in 2008 in French and held by 28 WorldCat member libraries worldwide

L'Aquitaine des littératures médiévales : XIe-XIIIe siècle by Valérie FASSEUR( Book )

2 editions published in 2011 in French and held by 28 WorldCat member libraries worldwide

Source d'inspiration et objet de curiosité littéraire, l'Aquitaine, et plus spécifiquement la Gascogne, est étudiée sous l'angle de la cohésion identitaire. Ses relations avec les autres aires géographiques, au travers des influences reçues et du rayonnement exercé, sont étudiées.--[Memento]
Les voix de l'éveil : écritures et expérience spirituelle. Actes du colloque de Pau, 26-27 janvier 2006 by Université de Pau( Book )

2 editions published in 2009 in French and held by 16 WorldCat member libraries worldwide

Il est possible que la plupart des grandes oeuvres littéraires soient animées par une préoccupation spirituelle, qui leur insuffle leur énergie et leur donne une profondeur perceptible. Le colloque tenu à Pau les 27 et 28 janvier 2006 a rassemblé des lectures d'oeuvres très variées, de l'Antiquité jusqu'à Henri Bauchau, qui ont en commun de se poser la question d'une aventure spirituelle
Actes du colloque James Sacré tenu les 17-18-19 mai 2001 à l'Université de Pau( Book )

2 editions published in 2002 in French and held by 11 WorldCat member libraries worldwide

Le roman de la quête esthétique, ou, Les leçons d'une littérature centenaire by Yves Landerouin( Book )

1 edition published in 2011 in French and held by 8 WorldCat member libraries worldwide

Supplément "Triages" : actes du Colloque Antoine Emaz tenu les 13 et 14 mars 2008 à l'Université de Pau et de l'Adour by Colloque Antoine Emaz( Book )

1 edition published in 2008 in French and held by 6 WorldCat member libraries worldwide

"J'écris mes histoires d'amour et je vis mes livres." étude du journal intime d'Annie Ernaux, "Se perdre by Myriam Seyt( )

1 edition published in 2010 in French and held by 2 WorldCat member libraries worldwide

Pendant un peu plus d'une année, l'écrivain Annie Ernaux a vécu une passion destructrice et sans espoir avec un diplomate russe, marié, en poste à Paris pour un an. Tenue au secret et ne pouvant confier son histoire d'amour au monde, l'auteur décide de consigner dans son journal intime, de façon très régulière, l'histoire de cette liaison qui rapidement devient une vraie passion et même une obsession : obsession pour un homme qui se change en obsession de l'attente. La diariste en effet va vivre au rythme de l'attente des appels téléphoniques de son amant, au point d'évacuer progressivement le monde extérieur, de sorte que le journal joue à la fois le rôle de refuge, celui qui permet de s'exprimer, et le rôle d'exutoire, pour libérer son âme des tourments d'une passion synonyme avant tout, ici, de souffrance. Le journal intime devient surtout le confident idéal pour la diariste : elle dépose en effet là, dans l'espace du secret, et en retrait du monde, toutes ses souffrances, ses espérances et ses moments de bonheur, qui se résument le plus souvent à la remémoration des scènes d'amour : elles sont nombreuses, décrites avec précision, sans honte et parfois de façon "crue", puisqu'au moment de l'écriture, la diariste ne craint pas le regard d'un éventuel lecteur. De plus, comme tout autobiographe, Annie Ernaux signe "le pacte autobiographique", c'est-à-dire qu'elle fait la promesse d'être sincère et de dire la vérité. D'autre part, de cette passion sans issue surgit le sentiment de mort, accompagné d'une résurgence de souvenirs douloureux, de hontes et de blessures anciennes : tout le journal se tient entre Éros et Thanatos. Mais la diariste parvient à surmonter le sentiment de déréliction et de perte qui s'empare d'elle grâce à l'écriture, qui intervient comme une compensation, et grâce à la littérature qui permet, tout en partant à la reconquête de soi, de transformer la vie en roman. Le journal intime perd alors sa destination première et se change insensiblement en un autre "livre" aux yeux du lecteur qui a la sensation de lire un véritable récit : celui d'une histoire d'amour
Perception, perspective, perspicacité = Perception, perspective and perspicacity( Book )

1 edition published in 2014 in French and held by 2 WorldCat member libraries worldwide

Cet ouvrage explore les notions de perception, perspective et perspicacité dans plusieurs champs de recherche (linguistique, littérature, histoire des idées, philosophie et arts) du Moyen Âge à la modernité. De l'univers sonore médiéval à l'esthétique de Debussy, de Prévost à Proust en passant par Mark Twain ou Virginia Woolf, de la peinture américaine de Thomas Cole aux œuvres vidéographiques contemporaines. Cet ouvrage offre une myriade de perspectives sur la façon dont les locuteurs, écrivains, artistes ou philosophes s'efforcent d'appréhender le monde
Ambroise Paré,1510-1590 pratique et écriture de la science à la Renaissance : actes du Colloque de Pau (6-7 mai 1999) by Colloque de Pau( )

1 edition published in 2004 in French and held by 2 WorldCat member libraries worldwide

Supplément "Triages" : actes du Colloque James Sacré tenu les 17-18-19 mai 2001 à l'Université de Pau by Colloque James Sacré( Book )

1 edition published in 2002 in French and held by 2 WorldCat member libraries worldwide

Annominatio et jeux de rimes : la voix de "Rutebués qui rudement huevre" by Centre de recherches poétiques et Histoire littéraire (Pau)( )

1 edition published in 2013 in French and held by 1 WorldCat member library worldwide

Des mots, des jeux de mots, des vers et des rimes composés dans un langage vernaculaire satirique et édifiant : ces traces linguistiques sont les seules que nous ayons de l'ouvrier rimoyeur qui se présente parfois sous le nom de Rutebeuf, à qui l'on a attribué, avec plus ou moins de certitude, 56 pièces versifiées dont on trouve le témoignage dans différents manuscrits - deux principalement. On croit bien distinguer dans ces textes l'identité d'une voix poétique, le caractère particulier d'une langue. Rutebeuf serait donc un poète du XIIIe siècle : voilà une façon des plus synthétiques, en apparence, de présenter cet auteur médiéval. Pourtant, force est de constater que cette simple proposition contient deux inconnues, sources d'anachronisme : tout d'abord, "poète", dans le sens moderne que sous-entend cette phrase de présentation, ne fait pas encore partie du lexique au XIIIe siècle - il faut patienter jusqu'à Dante pour pouvoir employer cette acception ; par conséquent, l'idée d'une littérature au "XIIIe siècle", en langue vulgaire qui plus est, constitue le deuxième point problématique, si l'on en croit les nombreuses études sur le sujet. En effet, au siècle de saint Louis, le langage est dédoublé, tiraillé entre le prestige de la langue latine, destinée à façonner toute œuvre d'érudition ou de Salut, et les débuts de la langue vernaculaire, outil pragmatique de communication plus particulièrement orale. Le rimeur de langue françoise est donc l'artisan du verbe, l'ouvrier populaire qui façonne une matière non originale à transmettre, sans atteindre le rang d'"artiste", doublet savant d'"artisan", ni réellement faire "œuvre" - mot dérivé d'opera, de même paradigme latin qu'operarium qui a donné "ouvrier". D'autre part, la matérialisation par l'écrit des œuvres poétiques en langue vulgaire est fort nouvelle et non encore parfaitement fidèle à leur forme première et orale : le statut du dire est mouvant, tout comme celui du disant. Nous sommes donc dans l'obligation de nous intéresser de près à son seul verbe pour espérer connaître un rimoyeur, que nous ne savons par ailleurs pas par quel signifiant désigner
Du "Décaméron" de Boccace à l'"Heptaméron" de Marguerite de Navarre littérature d'imitation ou de détournement? by Diana Derrez( )

1 edition published in 2011 in French and held by 1 WorldCat member library worldwide

Entre 1349 et 1353, le poète italien Boccace compose le "Décaméron", célèbre recueil en prose comportant cent nouvelles. Pendant dix jours, dix aristocrates réfugiés dans un paradis terrestre loin de la peste qui ravage Florence raconteront des histoires à tour de rôle pour se divertir. Comiques, pathétiques, tragiques, héroïques, grotesques, les contes traitent principalement de l'amour sous toutes ses formes : courtois comme vulgaire, heureux ou malheureux, légitime ou adultère ... Deux siècles plus tard, c'est sous l'inspiration de la traduction du "Décaméron" d'italien en français par Antoine Le Maçon que Marguerite de Navarre décide d'écrire son propre décaméron, qui restera inachevé et portera le nom d'"Heptaméron". À l'instar de Boccace, ses soixante-douze nouvelles s'inscrivent dans un cadre, dans lequel dix nobles, réunis dans une abbaye pour dix jours après avoir fui le déluge de Cauterets, choisissent de passer le temps comme leurs prédécesseurs : en contant des histoires sur l'amour (méchant ou parfait), l'infidélité conjugale, la débauche de moines lubriques, etc ... À première une reproduction à l'identique : genre, structure, personnages, projet axé sur le divertissement, thème, introduction du recueil, tout rappelle l'œuvre italienne au point que l'"Heptaméron" se verra qualifié de "Décaméron français". L'objet de ce mémoire est une interrogation sur l'intertextualité à travers l'étude comparée de deux ouvrages connus de la littérature italienne et française. Mieux appréhender la portée d'un texte sur un autre, son influence, et tenter de comprendre comment une œuvre dérivée, une "imitation", peut acquérir une valeur propre et une autonomie dans l'exploitation et le renouvellement de son modèle, tel est l'objectif de cette recherche. Dans une littérature qui n'est plus que reprise (réappropriation, déformation, plagiat) de productions préexistantes, peut-on encore être surpris et découvrir des textes "originaux", créatifs et inventifs, ou toute lecture est-elle condamnée au ressassement et à la fadeur de pâles imitations d'œuvres antérieures?
Maître et disciple dans l'univers romanesque fiction et paideia : une étude comparatiste by Olivier-Richard Torres( )

1 edition published in 2010 in French and held by 1 WorldCat member library worldwide

En tant que mode de pensée, la paideia s'inscrit dans une tradition essentiellement classique, héritée de la Grèce antique. Elle mêle les savoirs emblématiquement représentés par les figures divines d'Athéna, d'Arès et de Dionysos ; incarnations respectives du savoir, du conflit et de l'initiation. En tant que processus progressif et construit, la paideia doit être envisagée sous un jour purement chronologique, selon trois grands moments. Dans une phase d'élévation, le disciple s'identifie au maître. Ce dernier offre alors à son élève un modus operandi qui va l'aider à trouver son chemin dans le labyrinthe du monde. Une méthode s'appuyant sur un recours systématique au savoir, à la référence livresque, ainsi que sur un mode de pensée. Cette première étape est suivie d'une expérience plus douloureuse durant laquelle l'élève voit son savoir mis à l'épreuve ; il s'essaie à lire le monde de ses propres yeux, à appliquer seul la démarche magistrale. De tâtonnements en erreurs, le personnage se heurte à un échec final qui met un terme à la paideia proprement dite : le monde s'est refusé à lui, il prend la forme d'un texte presque illisible et définitivement énigmatique. Cet échec du disciple trouve son origine dans les vertus et les vices qui caractérisent les différents avatars de la figure du maître. D'un côté, la paideia est corrompue par des incarnations dégradées de la fonction magistrale, des maîtres incomplets qui, au mieux, jettent le trouble dans le processus d'initiation, et au pire font dévier le cours de l'apprentissage et précipitent la chute du disciple. De l'autre côté, la paideia s'effondre sur un paradoxe qui lui est consubstanciel : le maître incarne les vertus idéales à un point tellement parfait que le rapport de mimesis vole en éclats, le disciple ne pouvant espérer égaler son modèle. Dans tous les cas, l'expérience se solde par un échec. Le sujet de la fiction s'achevant sur une impasse, c'est dans le récit en tant qu'objet que la paideia trouve une issue opérante. Sur un plan strictement narratif, l'échec de son expérience conduit le personnage, maître ou disciple, à entreprendre le récit de l'entreprise inaboutie. L'écriture s'offre ainsi comme la trace lisible du processus éducatif. Ce faisant, elle aboutit en tant que texte à une contamination du lecteur. Dépassant le cadre de la narration, l'œuvre se hisse à une dimension d'abord intertextuelle puis métatextuelle. Le processus d'apprentissage, initialement conçu comme sujet romanesque, laisse la place à un lecteur devenu sujet et soumis à une nouvelle forme de paideia dont l'objet est le récit lui-même. Le roman trace par fragments les contours du sens. Le lecteur accède à ce sens par détour : en recomposant à la suite du narrateur les fragments du récit
La bigarrure dans "L'Indigent Philosophe" et "Le Cabinet du Philosophe" de Marivaux de l'écriture naturelle à l'anti-préciosité by Maylis Besançon( )

1 edition published in 2012 in French and held by 1 WorldCat member library worldwide

Principalement connu pour ses pièces de théâtre et ses romans, Marivaux l'est beaucoup moins pour ses productions journalistiques. S'échelonnant sur plus de vingt ans, ces écrits constituent pourtant une partie majeure de l'œuvre de l'auteur. Laissés de côté jusqu'au début du XXe siècle, ce que les critiques nomment les Journaux de Marivaux -Le Spectateur français, L'Indigent Philosophe et Le Cabinet du Philosophe- intéressent encore, tant pour les pensées énoncées que pour leur style singulier tant décrié au XVIIIe siècle. Dès les premières lignes des périodiques, les narrateurs assument et justifient la bigarrure de leur style comme étant la marque d'une écriture naturelle et spontanée, loin des intentions d'auteur ou des pensées obscures de philosophes. Leur écriture vagabonde correspond alors à la liberté et à la naïveté de leur esprit. Cependant, au-delà de ces affirmations de bigarrure, se perçoit une certaine cohérence des périodiques et un ordre analogique des pensées. Recherchant le vrai visage du monde, les narrateurs multiplient en effet les situations et les narrations afin de dévoiler une vérité générale de l'homme. Levant le masque que les hommes portent en société, les narrateurs apprennent au lecteur à déchiffrer les apparences trompeuses des hommes, tout en lui proposant, à travers ces narrations, une morale aspirant à un ordre social plus juste et plus humain. Désormais conscient des faux-semblants des hommes, le lecteur est aussi appelé à s'interroger sur le rôle même du narrateur et sur le pouvoir de la création littéraire. Dissipant l'illusion romanesque, les narrateurs invitent le lecteur à adopter une conscience critique devant les œuvres afin d'entendre pleinement leur sens. Ayant acquis cette distance nécessaire, le lecteur pourra alors accéder au fond théorique des périodiques. Au croisement de la Querelle des Anciens et de Modernes et des débats sur le style, Marivaux se défend des attaques le qualifiant de précieux et de néologue. L'effet bigarré et naturel de l'écriture des périodiques ancre le texte dans la réalité concrète afin de s'opposer à toute critique de préciosité. Rappelant les critiques qui lui ont été adressées, Marivaux expose sa conception du style comme expression fidèle de la pensée et sa volonté d'évolution de la langue afin de se conformer à la finesse de l'idée. Traitant tant de l'art de lire que de l'art d'écrire, L'Indigent Philosophe et Le Cabinet du Philosophe s'ancrent profondément dans leur temps tout en le dépassant par une volonté toute Moderne de progrès
Mutilation et altérité dans le théâtre d'Arthur Adamov "La grande et la petite manœuvre" et "Tous contre tous by Fanny Lefebvre( )

1 edition published in 2011 in French and held by 1 WorldCat member library worldwide

Ce mémoire part du constat d'une séparation, d'une mutilation originelle ressentie par Arthur Adamov et exprimée dès les premiers mots de sa première œuvre autobiographique, "L'Aveu". L'homme adamovien est l'homme de la séparation, séparation entre lui et le monde dans lequel il évolue, séparation entre lui et les autres aux yeux desquels il est lui-même toujours autre, mais séparation également entre lui et lui. Séparé de lui-même, il se voit alors privé de son intégrité, et par conséquent, mutilé, et par là, devient autre à ses propres yeux. La mutilation, en ce qu'elle est séparation, serait donc étroitement liée à l'altérité. Nous nous proposons donc d'analyser la manifestation et la mise en scène de ce lien à travers ce que la critique considère comme le premier théâtre d'Adamov, allant de sa première pièce, "La Parodie", écrite en 1948, aux "Retrouvailles", datant de 1954. Il s'agit plus particulièrement d'étudier deux pièces, "La grande et la petite manœuvre", représentée pour la première fois en 1950, et "Tous contre tous", créée en 1953. Dans l'une comme dans l'autre la mutilation occupe une place de premier plan. Dans la première, elle est la caractéristique essentielle du personnage principal qui n'a d'autre nom que "Le Mutilé" et qui, au fil des différents tableaux, perd ses membres les uns après les autres, comme si la mutilation constituait l'action en elle-même. En ce qui concerne l'action dramatique de "Tous contre tous", si elle n'est pas à proprement parler constituée par la mutilation, il n'en reste pas moins qu'elle semble lui être subordonnée puisque la tare physique qu'est la boiterie devient un élément central dans son déroulement. Il convient de nous interroger sur la manière dont Adamov, dans ses deux pièces, exploite les rapports entre mutilation et altérité, la mise en scène de la mutilation devenant elle-même symbole d'altérité, représentation de l'autre. Mais demandons-nous si ce n'est pas précisément à travers cette constante volonté mutilatrice que se révèle paradoxalement l'unité de l'œuvre, de l'homme, de l'écrivain de la séparation. Notre démarche consiste dans un premier temps à faire apparaître l'autre comme figure mutilatrice, pour nous intéresser, dans une deuxième partie au problème de l'altération : altération par la mutilation, mutilation par l'altération, c'est ce cercle vicieux, que nous nous proposons d'étudier. En dernière analyse, il s'agit de montrer comment de la mutilation, le dramaturge parvient à la création, création précisément fondée sur la mutilation, mettant en scène la mutilation, mutilation rendue autre pour une création toujours autre et pourtant une dans l'altérité
Pour une poétique de "l'en allé" dans l'œuvre narrative de Marguerite Duras la fiction de l'écriture by Maud Fourton( Book )

1 edition published in 2004 in French and held by 1 WorldCat member library worldwide

In Marguerite Duras' narrative work, the writing, fictionalized, forms diegesis by looking like a character whose story tells the process of creating. And thanks to an epiphanic distraction known as "l'en allé", the fundamental impossibility to write, which anyway pertains to impossibility to live, makes it can become. Paradoxical way of such a writing, that besides moves forward while turning round to look at its origin and essence, claims to be unlimited, lives on its own loss, finally wants the disappearance of book and writer. So it introduces to the creation of a fictional field twisted, broadened as far as the borders of poetics
 
moreShow More Titles
fewerShow Fewer Titles
Audience Level
0
Audience Level
1
  Kids General Special  
Audience level: 0.84 (from 0.81 for Limites du ... to 0.93 for Supplémen ...)

Alternative Names
Centre de poétiques et d'histoire littéraire

Centre de poétiques et d'histoire littéraire Pau

Centre de recherche de poétiques et d'histoire littéraire

Centre de Recherche de Poétiques et d'Histoire Littéraire Pau

Centre de recherche en poétique, histoire littéraire et linguistique

Centre de Recherche Poétiques et Histoire Littéraire

Centre de recherche poétiques et histoire littéraire (Pau)

Centre Poétique et histoire littéraire

Centre Poétiques et histoire littéraire

Centre Poétiques et histoire littéraire Pau

CPHL

CRPHL

CRPHL (Université de Pau et des pays de l'Adour. Centre de poétiques et d'histoire littéraire)

CRPHLL

EA 3003

EA3003

Équipe d'accueil

Équipe d'accueil 3003

Unité de recherche EA 3003

Université de Pau. Centre de poétiques et d'histoire littéraire

Université de Pau Centre de recherche en poétique, histoire littéraire et linguistique

Université de Pau, Centre de recherche Poétiques et histoire littéraire

Université de Pau et des Pays de l'Adour Centre de Poétiques et d'Histoire Littéraire

Université de Pau et des pays de l'Adour Centre de recherche de poétiques et d'histoire littéraire

Université de Pau et des Pays de l'Adour Centre de Recherche en Poétique et Histoire Littéraire

Université de Pau et des Pays de l'Adour Centre de recherche en poétique, histoire littéraire et linguistique

Université de Pau et des Pays de l'Adour Centre de recherche en poétiques et d'histoire littéraire

Languages
French (38)