WorldCat Identities

Viscogliosi, Eric

Overview
Works: 27 works in 33 publications in 2 languages and 47 library holdings
Roles: Thesis advisor, Other, Opponent, Contributor, Author
Publication Timeline
.
Most widely held works by Eric Viscogliosi
CYTOSQUELETTE ET EVOLUTION DES TRICHOMONADINES I. CARACTERISATION BIOCHIMIQUE ET IMMUNOLOGIQUE DES STRUCTURES CYTOSQUELETTIQUES DES TRICHOMONADINES ET ETUDE DE LA MORPHOGENESE DE DIVISION II. ANALYSE COMPAREE DES DONNEES MOLECULAIRES : SEQUENCES DE L'ARN 28S ET DES DONNEES MORPHOLOGIQUES POUR ETABLIR UN SCHEMA EVOLUTIF POSSIBLE DES TRICHOMONADINES by Eric Viscogliosi( Book )

2 editions published in 1992 in French and held by 3 WorldCat member libraries worldwide

LES FLAGELLES DU PHYLUM DES PARABASALA (TRICHOMONADINES ET HYPERMASTIGINES) SONT CARACTERISES PAR UN CYTOSQUELETTE TRES DEVELOPPE EN FIBRES MICROTUBULAIRES (COMPLEXE AXOSTYLE-PELTA), EN RACINES STRIEES (COTE, FIBRES PARABASALES ET FIBRES PREAXOSTYLAIRES) ET EN STRUCTURES MICROFIBRILLAIRES PARTICULIERES (MEMBRANE ONDULANTE). CHEZ PLUSIEURS GENRES ET ESPECES DE TRICHOMONADINES, L'EXTRACTION PAR LE TRITON X100 PERMET L'OBTENTION DE FRACTIONS CYTOSQUELETTES ENTIERS OU TOUTES LES STRUCTURES CYTOSQUELETTIQUES SONT CONSERVEES. LA SOLUBILISATION DES STRUCTURES MICROTUBULAIRES PERMET UNE PURIFICATION PARTIELLE DE LA COTE. LES PROFILS ELECTROPHORETIQUES OBTENUS INDIQUENT QUE LES PROTEINES COSTALES MAJEURES ONT DES PM COMPRIS ENTRE 100 ET 150 KD. UNE FIBRE PERIODIQUE COMME LA COTE SE DESORGANISE A PH ACIDE OU BASIQUE ET SA SOLUBILISATION TOTALE EST OBTENUE PAR L'UREE 8M. DES ANTICORPS MONOCLONAUX, PRODUITS APRES IMMUNISATION DE SOURIS AVEC DES FRACTIONS CYTOSQUELETTES ENTIERS DE PLUSIEURS GENRES DE TRICHOMONADINES, INDIQUENT QUE LA COMPOSITION BIOCHIMIQUE DE LA COTE EST TRES COMPLEXE: 5 POLYPEPTIDES ONT ETE IDENTIFIES CHEZ TRITRICHOMONAS FTUS, 4 CHEZ TRICHOMONAS VAGINALIS ET 9 CHEZ PENTATRICHOMONAS HOMINIS AVEC DES PM SITUES ENTRE 100 ET 150 KD. CES ANTICORPS NE CROISENT PAS AU NIVEAU SUPRAGENERIQUE. CEPENDANT, DES IMMUNSERUMS OBTENUS A PARTIR DES PROTEINES COSTALES P118 DE TRICHOMONAS VAGINALIS OU P127 ET P135 DE TRITRICHOMONAS FTUS ONT PERMIS DE MONTRER L'EXISTENCE DE DETERMINANTS ANTIGENIQUES COMMUNS ENTRE LES PROTEINES COSTALES D'UNE MEME ESPECES. LES ANTICORPS MONOCLONAUX OBTENUS CONTRE LES AUTRES FIBRES SONT AUSSI TRES SPECIFIQUES ET NE CROISENT PAS ENTRE GENRES BIEN QUE CES FIBRES SOIENT PRESENTES ET SEMBLABLES DANS LEUR STRUCTURE ET LEUR FONCTION CHEZ LES GENRES DE LA LIGNEE D'OU UN FORT CONSERVATISME STRUCTURAL. A L'AIDE DE CES ANTICORPS, NOUS AVONS ETUDIE LA MORPHOGENESE DE DIVISION (DE TYPE CRYPTOPLEUROMITOSE) CHEZ PLUSIEURS GENRES DE TRICHOMONADINES. LES STRUCTURES MICROFIBRILLAIRES PERIODIQUES (COTE, FIBRES PARABASALES, FIBRES PREAXOSTYLAIRES ET MEMBRANE ONDULANTE) NE DEPOLYMERISENT PAS ET SONT CONSERVEES DANS UNE CINETIDE FILLE. DANS L'AUTRE CINETIDE, DE NOUVELLES FIBRES APPARAISSENT TRES TOT. PAR CONTRE, LE COMPLEXE AXOSTYLE-PELTA PARANTAL DEPOLYMERISE ET DEUX NOUVEAUX AXOSTYLES SE RECONSTITUENT. LA DETERMINATION DES DISTANCES EVOLUTIVES PAR LA COMPARAISON DES SEQUENCES PARTIELLES D'ARN 28SENTRE CERTAINS GENRES ET ESPECES DE CETTE LIGNEE INDIQUE QUE LES TRICHIMONADINES FORMENT UN GROUPE MONOPHYLETIQUE DONT L'EMERGENCE EST ANTERIEURE AUX EUGLENOZOA MAIS POSTERIEURE AUX METAMONADINES ET MET EN EVIDENCE DEUX DICHOTOMIES AU SEIN DE LA FAMILLE DES TRICHOMONADIDAE. LA PREMIERE ENTRE LES TRICHOMONADINAE ET LES TRITRICHOMONADINAE; LA SECONDE ENTRE LES ORGANISMES DE TYPE-TRITRICHOMONAS AUGUSTA ET CEUX DE TYPE-TRITRICHOMONAS MURIS. D'AUTRE PART, NOUS INDIQUONS CLAIREMENT QUE LE GENRE TRICHOMITUS EST LE TAXON AYANT L'EMERGENCE LA PLUS PRECOCE PARMI LES ESPECES DE TRICHOMONADINES SEQUENCEES SUGGERANT QUE LA PRESENCE D'UNE COTE ET D'UNE MEMBRANE ONDULANTE SONT DES CARACTERES PLESIOMORPHES AUX VUES DES POSITIONS DANS LES ARBRES PHYLOGENETIQUES DES GENRES MONOCERCOMONAS ET HYPOTRICHOMONAS QUI ONT UN CYTOSQUELETTE RUDIMENTAIRE. UNE PHYLOGENIE BASEE SUR L'ANALYSE CLADISTIQUE DES CARACTERES MORPHOLOGIQUES N'EST PAS EN DESACCORD AVEC LES DONNEES MOLECULAIRES MALGRE UN NOMBRE INSUFFISANT DE CARACTERES POUR RESOUDRE LA POSITION DE CERTAINS GENRES
Les superoxyde dismutases des protistes : caractérisation et origine phylogénétique by Fabienne Dufernez( Book )

2 editions published in 2007 in French and held by 3 WorldCat member libraries worldwide

Les organismes aérobies ont développé des mécanismes pour se protéger des attaques des espèces activées de l'oxygène produites lors du métabolisme cellulaire. La superoxyde dismutase (SOD) est une métalloenzyme du système de défense anti-oxydant. Elle catalyse la dismutation de l'anion superoxyde en peroxyde d'hydrogène. Les SOD se divisent en 2 grandes familles qui diffèrent fondamentalement d'un point de vue structural : les SOD qui utilisent simultanément le cuivre et le zinc comme métaux cofacteurs (Cu/Zn-SOD) et les SOD utilisant soit le fer (FeSOD) soit le manganèse (MnSOD) comme métal cofacteur. Sur la base d'un alignement de 261 séquences de SOD et de 12 structures cristallographiques de SOD à fer et à manganèse, nous avons analysé les conservations en terme de structure et de séquence parmi les SOD à fer et à manganèse. Les résidus caractéristiques de la fonction enzymatique, de la conformation en dimère ou tétramère et de la spécificité de métal ont été identifiés. Toutes ces données nous ont été utiles lors de nos études de SOD de nombreux protozoaires. Les protozoaires parasites étudiés jusqu'à présent ont ,en effet, la particularité de ne contenir qu'un seul type de SOD, des FeSOD qui différent des Cu/Zn SOD et SOD tétramérique à manganèse présentes chez l'humain . Ceci fait de la SOD à fer des protistes une cible thérapeutique potentielle. Chez Trypanosoma brucei, agent de la maladie du sommeil, nous avons identifié 4 gènes de SOD après interrogation des banques de données du programme de séquençage : soda, sodb1 et sodb2 ainsi que sodc nouvellement identifié. Ces 4 gènes correspondaient à des SOD dimériques à fer. Les protéines recombinantes correspondantes ont été produites et se sont révélées actives. Des modélisations structurales ont été réalisées par homologie avec des structures cristallographiques connues et ont montrées une grande similarité de structure entre ces FeSOD. Afin de déterminer la localisation cellulaire, nous avons réalisé des expériences de fusion de chacune de ces enzymes avec la GFP, ces constructions ont été transfectées dans des cellules procycliques de trypanosome. Nous avons alors mis en évidence la localisation mitochondriale des 2 enzymes FeSODA et FeSODC et la présence des FeSODB dans le cytoplasme et les glycosomes, localisation confirmée par un marquage sur fractions cellulaires : la FeSODB1 étant plutôt cytosolique et la FeSODB2 plutôt glycosomale. Chez le dinoflagellé Crypthecodinium cohnii nous n'avons retrouvé que des activités SOD correspondantes à des SOD à fer. Une famille multigénique codant pour des FeSOD a été caractérisée. La protéine recombinante correspondante à un gène complet de FeSOD dimérique a été produite et s'est révelée active. Les SOD d'un second prostiste parasite Trichomonas vaginalis ont également été étudiées. T.vaginalis est responsable de la trichomoniase humaine, la maladie sexuellement transmissible la plus répandue à travers le monde. La recherche dans les bases de données du programme de séquençage du parasite nous a permis d'identifier 7 gènes de SOD chez ce parasite. Ces SOD comportent toutes les caractéristiques des SOD à fer dimériques et sont actives lorsqu'on les produit sous forme de protéines recombinantes. La protéine recombinante SOD6 de T.vaginalis a été également purifiée et la structure cristallographique obtenue. Ces données sont essentielles pour la conception éventuelle d'inhibiteurs. Toutes ces séquences de FeSOD ont été incluses dans une large analyse phylogénétique afin de proposer une origine pour les FeSOD des protistes. Cette analyse confirme l'origine bactérienne de ces enzymes via des transferts de gènes de bactéries vers les protistes, suivi de duplications successives
Identification, évolution et mort cellulaire chez un groupe de protistes, les Parabasalia by Clea Mantini( Book )

2 editions published in 2010 in French and held by 2 WorldCat member libraries worldwide

Les Parabasalia constituent un groupe d'eucaryotes unicellulaires répartis en 2 classes : les hypermastigines et les trichomonadines. Le premier volet de ma thèse concerne l'étude de la systématique de ce groupe par l'utilisation d'outils moléculaires. En séquençant les gènes codant pour différents marqueurs de nombreux taxons d'intérêt, des phylogénies moléculaires sont construites et comparées à la systématique traditionnelle basée sur un nombre limité de caractères morphologiques. Ces phylogénies moléculaires sont largement en conflit avec la classification actuelle et appelle donc à une révision globale de la taxonomie de ce groupe. Le second volet de mes travaux concerne l'étude des processus de mort cellulaire chez la trichomonadine, Trichomonas vaginalis, l'agent responsable de la trichomonose humaine qui est la maladie transmise sexuellement d'origine non virale la plus répandue à travers le monde. Il est possible d'induire une forme de mort cellulaire distincte de la nécrose chez ce parasite via l'utilisation de drogues pro-apoptotiques comme la staurosporine. Certaines caractéristiques de cette mort cellulaire sont communes à celles observées pour l'apoptose des métazoaires alors que d'autres semblent spécifiques à ce parasite. Ce microorganisme présente en outre deux particularités intéressantes dans le cadre de notre projet. La première est son unicellularité. En effet, on sait aujourd'hui que l'apparition des mécanismes de mort cellulaire a précédé celle de la multicellularité. De ce fait, étudier ces processus de mort cellulaire chez les unicellulaires peut apporter des informations intéressantes sur un problème de biologie générale qui est l'origine de la mort cellulaire chez les métazoaires. La seconde est qu'il est dépourvu de mitochondries et de ce fait pouvoir induire une mort cellulaire chez Trichomonas pourrait remettre en question le rôle central de la mitochondrie dans le processus apoptotique. Nous avons donc initié l'identification et la caractérisation des molécules potentiellement impliquées dans la mort cellulaire chez ce microorganisme. Une recherche in silico menée dans le programme de séquençage du génome de T. vaginalis ne nous a pas permis d'identifier de protéines homologues à celles connues comme étant impliquées dans le processus d'apoptose chez les métazoaires à l'exception de possibles métacaspases qui sont considérées comme des caspases primitives. Ces protéines, au nombre de 11 chez Trichomonas, possèdent toutes le domaine catalytique peptidase C14 et la dyade histidine-cystéine du site catalytique caractéristiques des caspases. Ces métacaspases de Trichomonas peuvent se regrouper en deux classes : l'une englobant celles présentant une extension amino-terminale et l'autre regroupant celles ne présentant pas cette extension. Dans un premier temps, nous avons étudié l'expression relative des 11 gènes codant ces métacaspases par PCR quantitative après induction de l'apoptose par la staurosporine. Nous avons montré une surexpression significative de la plupart de ces gènes. Cette régulation est donc différente de celle généralement observée pour les gènes de caspases. Nous avons ensuite mené une étude biochimique et enzymatique pour un représentant de chacune des deux classes de métacaspases de Trichomonas. Après production de ces protéines en système bactérien, nous avons montré, par western blot, qu'elles ont la propriété de s'autocliver tout comme les métacaspases étudiées chez d'autres organismes et les caspases initiatrices des métazoaires. Ces résultats ont été confirmés par la production de ces deux métacaspases mutées au niveau des deux résidus C et H du site catalytique. De plus, l'étude de l'activité enzymatique de ces protéines révèle une forte spécificité endopeptidase arginine ou lysine spécifique comme pour les autres métacaspases décrites jusqu'à présent et donc différente de celle des caspases qui est aspartate spécifique. [...]
Epidémiologie moléculaire, facteurs de risque de transmission et pathogénicité du protiste parasite Blastocystis sp. by Dima El Safadi( Book )

2 editions published in 2014 in French and English and held by 2 WorldCat member libraries worldwide

Blastocystis est un protozoaire anaérobie trouvé dans le tube digestif de l'homme et de nombreux animaux. Il est à ce jour le parasite intestinal le plus fréquemment retrouvé dans les selles humaines. Dix-sept sous-types (ST1 à ST17) ont été décrits en se basant sur la comparaison des séquences du gène de l'ARNr 18S. L'infection à Blastocystis est associée à une variété de troubles gastro-intestinaux et plusieurs études suggèrent une corrélation entre la pathogénicité et le ST du parasite. Trois différents axes de recherche ont été développés. Le premier s'est focalisé sur la prévalence et la biodiversité génétique de ce parasite dans les populations humaines. Des études épidémiologiques ont été menées en France et au Liban mais aussi en Afrique en réalisant la première enquête au Sénégal. Le sous-typage des isolats a été réalisé par PCR en temps réel en ciblant un domaine du gène de l'ARNr 18S suivi d'un séquençage direct du produit de PCR. Au Liban, la prévalence de Blastocystis était de 20% dans la population globale avec une corrélation entre le ST1 et le développement de symptômes gastro-intestinaux. Dans le même pays, cette prévalence dépassait les 60% chez des patients symptomatiques et des écoliers. Au Sénégal, la prévalence observée est la plus importante jamais décrite pour ce parasite puisqu'elle atteignait 100% dans une population d'une centaine d'enfants vivant en milieu rural. Ces données soulignent l'impact socioéconomique de la blastocystose dans les pays en développement où les conditions sanitaires sont souvent précaires. En France, une prévalence importante de 18% a pourtant été observée dans une large étude épidémiologique englobant des patients présentant ou non des symptômes et suivis dans 11 hôpitaux répartis sur tout le territoire français. Le ST3 est prédominant suivi des STs 1, 2 et 4 comme dans une majorité de pays à travers le monde. Le deuxième axe s'est concentré sur l'identification des facteurs de risque de transmission de Blastocystis à l'homme. Le parasite a été recherché dans les selles de vaches et de patients ainsi que dans des échantillons d'eau consommée par l'homme et les animaux dans une région géographique limitée du Nord Liban. 30% des échantillons humains, 69% des échantillons d'eau et 80% des échantillons de bovins étaient positifs pour le parasite. Le ST3 était prédominant dans les échantillons humains et d'eau suivi des ST1, ST2 et ST4. Par contre, ST10 et ST14 étaient prédominants chez les bovins mais ces deux STs n'ont pas été retrouvés dans les autres types d'échantillons. Pour expliquer l'absence des ST10 et ST14 dans ces échantillons, une transmission de ces STs par contact direct entre les bovins et/ou l'absence de formes kystiques transmissibles pour ces STs ont été proposées. Ce parasite a aussi été recherché dans les selles de nombreux groupes d'animaux du zoo de La Palmyre en France. Nous avons montré que près de 40% des selles analysés étaient positives pour Blastocystis et identifié de nouveaux réservoirs d'infections pour l'homme chez les carnivores. La prévalence du parasite atteignait 60% chez les primates chez lesquels les ST1 à ST5 identifiés sont identiques à ceux observés chez l'homme confirmant la faible spécificité d'hôte de ces STs. Dans une autre étude, la prévalence de Blastocystis était de seulement 3,5% dans une population de chiens en France suggérant que cet animal n'est pas un hôte naturel de Blastocystis. Enfin, pour clarifier la pathogénicité de ce parasite, le troisième axe de mes travaux a souligné le caractère invasif de Blastocystis dans un cas de péritonite appendiculaire chez une fillette de 9 ans de retour du Maroc. Seul Blastocystis a été détecté dans les selles, l'appendice, le liquide péritonéal et le sac de Douglas de cette patiente. Une gastro-entérite s'est de plus déclarée simultanément chez 26 membres de la famille de l'enfant suggérant une épidémie qui pourrait trouver son origine dans la consommation commune d'une eau contaminée
Molecular identification and phylogenetic relationships of trichomonad isolates of galliform birds inferred from nuclear small subunit rRNA gene sequences by Cléa Mantini( )

1 edition published in 2009 in English and held by 2 WorldCat member libraries worldwide

Potential role of fungi in plankton food web functioning and stability: a simulation analysis based on Lake Biwa inverse model by Nathalie Niquil( )

1 edition published in 2010 in English and held by 2 WorldCat member libraries worldwide

Genome sequence of the stramenopile Blastocystis, a human anaerobic parasite by France Denoeud( )

1 edition published in 2011 in English and held by 2 WorldCat member libraries worldwide

Prevalence, risk factors for infection and subtype distribution of the intestinal parasite Blastocystis sp. from a large-scale multi-center study in France by Dima El Safadi( )

1 edition published in 2016 in English and held by 2 WorldCat member libraries worldwide

Children of Senegal River Basin show the highest prevalence of Blastocystissp. ever observed worldwide by Dima El Safadi( )

1 edition published in 2014 in English and held by 2 WorldCat member libraries worldwide

Cloning and characterization of iron-containing superoxide dismutase from the human malaria species Plasmodium ovale, P. malariae and P. vivax by Céline Bruzi Baert( )

1 edition published in 1999 in English and held by 2 WorldCat member libraries worldwide

PHYLOGENIES D'UN GROUPE DE PROTISTES, LES PARABASALA, BASEES SUR DIFFERENTS INDICATEURS MOLECULAIRES by DELPHINE GERBOD( Book )

2 editions published in 2000 in French and held by 2 WorldCat member libraries worldwide

UNE PHYLOGENIE MOLECULAIRE, ENGLOBANT TOUTES LES SEQUENCES DES GENES D'ARNR 16S DE PARABASALA DISPONIBLES DANS LES BASES DE DONNEES ET CELLES QUE NOUS AVONS OBTENU POUR TRICHOMITUS BATRACHORUM, TETRATRICHOMONAS GALLINARUM, PENTATRICHOMONAS HOMINIS, HISTOMONAS MELEAGRIDIS ET CERTAINES TRICHOMONADINES SYMBIONTES DU TERMITE CALOTERMES FLAVICOLLIS, A ETE CONSTRUITE ET CONFRONTEE A CELLE ETABLIE D'APRES L'ANALYSE DES CARACTERES MORPHOLOGIQUES. DANS NOS ARBRES, LA POSITION PRIMITIVE DE CERTAINES HYPERMASTIGINES RETOURNE LA POLARITE TRADITIONNELLEMENT ADMISE POUR CE GROUPE DE PROTISTES ALLANT DU PLUS SIMPLE VERS LE PLUS COMPLIQUE. NOTRE ANALYSE REMET AUSSI EN CAUSE LA TAXONOMIE ACTUELLE PUISQUE LA PLUPART DES CLASSES ET DES FAMILLES DE PARABASALA REPRESENTEES NE FORMENT PAS DE GROUPES MONOPHYLETIQUES. D'AUTRES OBSERVATIONS PEUVENT ETRE TIREES DE NOS ARBRES, COMME LA PERTE SECONDAIRE DE CERTAINES STRUCTURES CYTOSQUELETTIQUES CHEZ TOUTES LES MONOCERCOMONADIDAE ETUDIEES, L'EXISTENCE DE FORMES SECONDAIREMENT LIBRES ET L'ABSENCE DE CO-EVOLUTION ENTRE LES PARABASALA ET LEURS HOTES RESPECTIFS. UNE PHYLOGENIE MOLECULAIRE, BASEE SUR LA COMPARAISON DES SEQUENCES DE FUMARASE DE CLASSE II, INCLUANT CELLES OBTENUES POUR CINQ ESPECES DE TRICHOMONADINES, TRICHOMONAS VAGINALIS, TETRATRICHOMONAS GALLINARUM, TRITRICHOMONAS FTUS, MONOCERCOMONAS SP. ET TRICHOMITUS BATRACHORUM, A AUSSI ETE PROPOSEE. DANS NOTRE ARBRE, LES TRICHOMONADINES FORMENT, DE FACON INATTENDUE, UN GROUPE POLYPHYLETIQUE. LES SEQUENCES DES GENES DE TRICHOMONADINES SE GROUPENT AVEC DES HOMOLOGUES BACTERIENS ET DIVERGENT PROFONDEMENT DE CELLES DES AUTRES EUCARYOTES QUI SONT D'ORIGINE MITOCHONDRIALE. BIEN QU'ETANT PROBABLEMENT SECONDAIREMENT DEPOURVUS DE MITOCHONDIES, LES TRICHOMONADINES ONT DONC ACQUIS LEURS GENES DE FUMARASE DE CLASSE II PAR UN MECANISME DIFFERENT DE CELUI DES AUTRES EUCARYOTES. DIFFERENTS SCENARIOS EVOLUTIFS SONT ALORS PROPOSES
Epidémiologie, circulation, colonisation du parasite entérique unicellulaire Blastocystis sp. by Amandine Cian( Book )

2 editions published in 2016 in French and held by 2 WorldCat member libraries worldwide

Digestive protozoan infections are a major cause of morbidity, malnutrition and mortality worldwide. However, the biology of some enteric protozoa as Blastocystis is not well known and these microorganisms remain still neglected by the health authorities. Briefly, this parasite colonizes the intestinal tract of humans and various animals. Its main mode of transmission is the fecal-oral route and its prevalence can exceed 50% in developing countries. It exhibits a large genetic diversity with 17 subtypes (STs) identified to date. Recent data suggest that infection with Blastocystis is associated with a variety of gastrointestinal disorders and urticaria. As part of my thesis, epidemiological studies have been conducted in different countries (Lebanon, Senegal, France) to determine the prevalence of this parasite in the human population and identify risk factors for infection. In parallel, through a survey in French zoos, animal reservoirs of zoonotic transmission of Blastocystis have been proposed. Moreover, mechanisms involved in the colonization of the host by the parasite were studied.As part of, epidemiological, the parasite was identified in faecal samples by real-time PCR and the resulting amplicon was sequenced for subtyping. The first study conducted in Lebanon in the Tripoli area showed a prevalence of 19% in the general population but this prevalence reached 60% in a population of school children living in the same region. A prevalence of 100% was obtained in a cohort of Senegalese children. The high prevalence observed in these countries can be explained by poor hygiene conditions in connection with the faecal peril. In terms of distribution of STs, the ST3 was predominant in both countries followed by ST1 and ST2. In a multicenter study conducted in France, an overall prevalence of 18.3% was obtained with a predominance of ST3, followed by ST1, ST2 and ST4. This distribution is quite similar to that observed in most European countries. In the French study, parasite prevalence was significantly higher in summer than in winter. Other variables such as a recent trip and age have been identified as risk factors for transmission of the parasite. The contact with animals may represent another risk factor because of the zoonotic potential of the parasite. In a large epidemiological study conducted in two French zoos and including over 160 animal species, the overall prevalence of Blastocystis exceeds 30% with significant variations between animal groups. By comparing the distribution of STs between humans and different groups of animals, primates, artiodactyls (cattle and pigs) and birds represent major potential reservoirs of infection for humans.An association between infection with Blastocystis and appendicitis was demonstrated in a child in Morocco confirming the pathogenicity and invasive and inflammatory potential of the parasite. In addition, 26 other family members presented digestive symptoms suggesting waterborne outbreak of blastocystosis. The hypothesis of a relationship between Blastocystis ST and pathogenicity was suggested hence the interest of a comparative genomics study to identify virulence factors that may be present or absent for some STs. No difference was found between the ST4 genome sequenced during my thesis and the ST7 genome available in the database while these STs have different virulence in vitro. Finally, the unknown impact of colonization by Blastocystis on the composition of the human intestinal microbiota was evaluated. The compositions of the bacterial microbiota of 96 patients infected or not by Blastocystis were obtained by high-throughput sequencing and compared. A higher bacterial diversity was found in colonized patients compared to non-infected patients. These data suggest that colonization by Blastocystis would not be associated with dysbiosis generally observed in intestinal infectious diseases but rather to a healthy intestinal microbiota
Prevalence and subtype distribution of Blastocystis sp. isolates from poultry in Lebanon and evidence of zoonotic potential by Stéphanie Greige( )

1 edition published in 2018 in English and held by 2 WorldCat member libraries worldwide

Subtype analysis of Blastocystis isolates from symptomatic patients in Egypt by Laetitia Souppart( )

1 edition published in 2009 in English and held by 2 WorldCat member libraries worldwide

Pulmonary Superinfection by Trichomonads in the Course of Acute Respiratory Distress Syndrome by Christophe Duboucher( )

1 edition published in 2007 in English and held by 2 WorldCat member libraries worldwide

Three-dimensional (3D) culture of adult murine colon as an in vitro model of cryptosporidiosis: Proof of concept by Martha Baydoun( )

1 edition published in 2017 in English and held by 2 WorldCat member libraries worldwide

Assessment of Plasmodium falciparum resistance to ferroquine (SSR97193) in field isolates and in W2 strain under pressure by Wassim Daher( )

1 edition published in 2006 in English and held by 2 WorldCat member libraries worldwide

Prevalence, transmission, and host specificity of Cryptosporidium spp. in various animal groups from two French zoos by Marwan Osman( )

1 edition published in 2017 in English and held by 2 WorldCat member libraries worldwide

Prévalence, diversité génétique et risque de transmission zoonotique des microorganismes Blastocystis et Campylobacter dans les filières avicole et bovine au Liban by Stéphanie Greige( )

1 edition published in 2018 in French and held by 1 WorldCat member library worldwide

The protozoan Blastocystis and the bacterium Campylobacter are zoonotic microorganisms with a major impact on public health. Although its pathogenicity remains controversial, Blastocystis is the most common single-celled eukaryote found in human stool, while Campylobacter is considered the most common cause of human gastroenteritis. These microorganisms are frequently present in food-producing animals such as poultry or cattle and their transmission may be related to consumption or repeated contact with the handlers of these animals. Despite this major potential risk to humans, very little data were available on the prevalence and species of Campylobacter or Blastocystis subtypes present in the poultry and bovid sectors in Lebanon. In addition, the risk of zoonotic transmission through direct contact with slaughterhouse staff or farmers had never been assessed. Regarding bovids, Blastocystis was identified by PCR in more than 60% of the dairy cattle stool samples analysed in North Lebanon. A predominance of ST10 and ST14 has been observed confirming that cattle are the natural hosts of these two STs. ST2, ST1, ST5, ST3 and ST7 were also identified with lower prevalences. In breeders as well as in a group of patients without contact with these animals, a significant prevalence exceeding 50% has been reported with a predominance of ST3. However, a comparison of the isolates identified in these human and animal cohorts suggests that cattle would play a negligible role as zoonotic reservoirs of Blastocystis. In the poultry sector, the prevalence of the same parasite exceeded 30% in broiler caeca analysed in slaughterhouses in North Lebanon. All characterized avian isolates belonged to ST6 and ST7 confirming that birds are natural hosts of these two STs. Among slaughterhouse staff as well as in a group of patients without contact with poultry, the prevalence of Blastocystis exceeded 50% with a prevalence of ST3. In addition, the identification of avian ST6 in slaughterhouse staff confirmed the zoonotic potential of this ST. Still in this poultry sector and by analysing both the same caeca samples and chicken carcasses, the prevalence of Campylobacter was 67% and 17.2%, respectively, in these specimens. The two main species identified were C. jejuni and C. coli. High level of genetic diversity was observed among the 51 C. jejuni isolates identified in chickens and distributed in 25 distinct profiles. A predominance of profiles 1, 13, 30 and 38 has been observed, although they are also frequently found among French human clinical cases suggesting that these animals represent a potential reservoir of human campylobacteriosis. A significantly higher prevalence of Campylobacter was reported among slaughterhouse staff compared to that observed in the cohort of patients without contact with poultry, showing that contaminated broilers at the slaughterhouse were a significant source of zoonotic transmission of the bacteria. The same chicken caeca samples were compared for the presence of Campylobacter and Blastocystis. This comparison revealed a statistically significant association of these two microorganisms suggesting that the presence of Campylobacter would be enhanced by that of Blastocystis and vice versa. This first large-scale survey conducted in Lebanon provided major data on the prevalence and circulation of Blastocystis and Campylobacter in this ocuntry and assessed the need to put in place measures to prevent and control these microorganisms in poultry and cattle breeding or slaughter facilities in order to limit their transmission
Epidémiologie moléculaire d'isolats humains de blastocystis collectés en France et en Egypte by Laetitia Souppart( Book )

1 edition published in 2009 in French and held by 1 WorldCat member library worldwide

Blastocystis est un protozoaire parasitant le tube digestif de l'homme et de nombreux animaux et serait l'agent responsable de troubles digestifs. En outre, ce parasite présente une grande diversité génétique. Afin de mieux connaître sa pathogénicité et son épidémiologie moléculaire, nous avons étudié la diversité génétique d'isolats humains symptomatiques et asymptomatiques de Blastocystis en France et en Égypte. A l'aide d'une approche de PCR nichée amplifiant un fragment d'environ 600 pb du gène de l'ARNr 18S, nous avons ainsi caractérisé, sur un plan moléculaire, 43 isolats français de Blastocystis et 21 isolats égyptiens. Les isolats caractérisés appartiennent, selon la dernière classification de 2007, aux sous-types 1, 2, 3, 4 et 7 pour la population française et aux sous-types 1, 2 et 3 pour la population égyptienne avec une plus grande prévalence du sous-type 3 (respectivement 53,5% et 61,9%) dans les deux populations. La distribution des sous-types de Blastocystis en France et en Égypte est très similaire à celle d'autres pays. En parallèle, l'analyse des données cliniques des patients ne montre aucune corrélation entre les sous-types de Blastocystis et la présence de symptômes. Enfin, la culture montre l'existence de formes amiboïdes pour des isolats asymptomatiques alors que cette forme était jusque là considérée comme la forme pathogène du parasite
 
moreShow More Titles
fewerShow Fewer Titles
Audience Level
0
Audience Level
1
  General Special  
Audience level: 0.95 (from 0.91 for CYTOSQUELE ... to 0.97 for CYTOSQUELE ...)

WorldCat IdentitiesRelated Identities
Languages
French (13)

English (13)