WorldCat Identities

Bohbot, Yohann (1987-....).

Overview
Works: 17 works in 23 publications in 2 languages and 81 library holdings
Roles: Thesis advisor, Author
Classifications: RC683.5.U5, 616.1207543
Publication Timeline
.
Most widely held works by Yohann Bohbot
Guide pratique d'échocardiographie by Christophe Tribouilloy( Book )

3 editions published in 2021 in French and English and held by 56 WorldCat member libraries worldwide

Caratéristiques cliniques et échocardiographiques des patients avec une insuffisance tricuspide torrentielle : implication pronostique by Fanny Peugnet( )

2 editions published in 2019 in French and held by 3 WorldCat member libraries worldwide

L'insuffisance tricuspide (IT) est souvent diagnostiquée avec un retard important au stade d'insuffisance cardiaque droite (IVD) avancée. Le pronostic de cette pathologie est sombre mais il semble exister différents stades de sévérité au sein des IT sévères. Une nouvelle classification de la sévérité de l'IT, basée sur une évaluation échocardiographique multiparamétrique, semble primordiale d'une part pour mieux stratifier le pronostic des patients et d'autre part, pour orienter la décision thérapeutique. L'objectif de ce travail était de décrire les caractéristiques cliniques, échocardiographiques, et le pronostic des patients porteurs d'une IT torrentielle afin de mieux caractériser cette entité. Deux cent trente-quatre patients consécutifs porteurs d'une IT moyenne à sévère (grade III) ou sévère (grade IV) ont été inclus à partir des comptes rendus d'échocardiographie de 2013 à 2018 au CHU d'Amiens. Nous avons individualisé spécifiquement les IT de grade V ou « torrentielles » que nous avons défini par la présence d'un défaut de coaptation>10mm associé à un flux laminaire et à une inversion systolique du flux veineux sus-hépatique. Le suivi médian était de 21 [7,5 - 46] mois. En comparaison avec les IT moyenne à sévère (grade III), les patients avec une IT torrentielle étaient significativement plus jeunes, avaient plus de comorbidités, d'antécédents d'IVD et une dose de diurétiques plus élevée. La survie sans évènement à 4 ans était de 66 ±5% pour les IT de grade III, de 52 ±5% pour les IT de grade IV et de 28±6% pour les IT de grade V (p<0,001). Le retentissement échographique sur le cœur droit était plus marqué en cas d'IT torrentielle. En analyse multivariée, les facteurs prédictifs de mortalité cardiovasculaire et/ou d'hospitalisation pour IVD étaient les antécédents d'IVD, la dyspnée NYHA≥3, une clairance de la créatinine basse, une dose de diurétiques > 125mg/j et la présence d'une IT de grade V (HR ajusté 2,44 IC95% (1,24-2,79), p=0,009). L'IT torrentielle était associée à une moindre survie sans évènement en comparaison à l'IT de grade IV (HR ajusté 2,45 ; IC 95% (1,39-4,29) ; p=0,002) ou de grade III (HR ajusté 1,90 ; IC 95% (1,06-3,41) ; p=0,009) sans différence significative entre les grades III et IV (p=0.76). Le recours à la chirurgie était exceptionnel dans les IT torrentielles (8%) avec une mortalité péri-opératoire très importante (44%). La définition d'une entité d'IT très sévères dites torrentielles à partir de critères échocardiographiques multiparamétriques incluant le défaut de coaptation des feuillets >10mm associé à l'aspect laminaire du flux d'IT et l'inversion du flux dans les veines sus hépatiques en systole permet une meilleure stratification du pronostic des patients. L'IT torrentielle de grade V est associée à un risque élevé d'hospitalisation pour IVD et de décès d'origine cardiovasculaire comparativement aux IT de grade III et IV. Le recours à la chirurgie est exceptionnel dans ces formes très sévères et est associé à une forte mortalité péri-opératoire
Impact pronostique du volume indexé de l'oreillette gauche mesuré par échocardiographie dans le rétrécissement aortique en rythme sinusal by Yohann Bohbot( Book )

2 editions published in 2016 in French and held by 3 WorldCat member libraries worldwide

Introduction : La taille de l'oreillette gauche est un moyen fiable pour estimer l'élévation chronique des pressions de remplissage ventriculaire gauche (PRVG) en l'absence d'autre cause de dilatation comme l'insuffisance mitrale ou la fibrillation atriale (FA). Nous avons émis l'hypothèse que la dilatation auriculaire gauche évaluée par son volume indexé à la surface corporelle (VOGi) pourrait refléter la sévérité et l'ancienneté du rétrécissement aortique (RAC) en rythme sinusal et constituer un facteur pronostique de mortalité. Méthodes : 1351 patients porteurs d'un RAC (vitesse maximale transaortique> 2.5 m/s) en rythme sinusal ont été inclus. Le VOGi était mesuré par la méthode du Simpson biplan. La population a été divisée en quatre groupes selon les quartiles : VOGi <30 ml/m², VOGi entre 30 et 39 ml/m², VOGi entre 39 et 50 ml/m² et VOGi e"50 ml/m². Nous avons étudié l'impact pronostique à 5 ans du VOGi sur la mortalité totale et cardiovasculaire. Résultats : l'oreillette gauche était dilatée (VOGi> 34 ml/m²) chez 66% des patients. Le VOGi était étroitement corrélé à la surface aortique, aux diamètres et volumes systoliques et diastoliques ventriculaires gauches (VG), à la masse VG, à la fraction d'éjection, aux PRVG et à la PAPs (tous les p <0.001). En analyse de Cox univariée, le risque d'événements augmentait quand le VOGi était e"50 ml/m² pour la mortalité totale (Hazard ratio (HR) :1, 89 [1.54-2.33] ; p<0.001) et cardiovasculaire (HR : 1.89 [1.34-2.65] ; p<0.001) et la relation persistait après ajustement à des covariables ayant un impact pronostique, pour la mortalité totale (HR : 1.49 [1.19-1.86] ; p<0.001) et cardiovasculaire (HR : 1.51 [1.05-2.17] ; p 0.026), même après ajustement à la chirurgie (respectivement : HR : 1.58 [1.32-1.90] ; p<0.001 et HR : 1.63 [1.20-2.20] ; p=0.002). Conclusion : Un VOGi e"50 ml/m² est associé à une augmentation de la mortalité totale et cardiovasculaire à 5 ans dans le RAC en rythme sinusal et constitue donc un nouveau facteur pronostique indépendant
Caractéristiques cliniques, échographiques, évolutives et pronostiques des patients porteurs d'une bicuspidie valvulaire aortique by Charles Cheng( )

2 editions published between 2018 and 2019 in French and held by 3 WorldCat member libraries worldwide

L'histoire naturelle de la bicuspidie aortique, malformation congénitale cardiaque la plus fréquente, reste imparfaitement comprise. Du 1er janvier 2005 au 31 décembre 2017, 350 patients ont été inclus. Ceux présentant une indication chirurgicale au moment du diagnostic ont été exclus. L'objectif de ce travail était de préciser les modes de découverte, de comparer les caractéristiques cliniques et échocardiographiques des patients selon l'atteinte valvulaire et aortique et d'analyser la morbi-mortalité au long cours. L'analyse de la progression des lésions valvulaires et vasculaires a été effectuée dans un sous-groupe de 106 patients. L'âge moyen de ces patients était de 53 ans avec un sexe ratio de 2,5 hommes pour une femme. Elle était principalement découverte fortuitement (48%) et s'accompagnait plus souvent d'un rétrécissement aortique (44%) et/ou d'une dilatation aortique (40%) dont la progression était plus rapide au manchon ascendant (0,47mm/an contre 0,35mm/an aux sinus de Valsalva). Après un suivi médian de 78 mois, la survie à 5 ans et à 10 ans étaient bonnes (respectivement 92±2% et 86±2%) avec 34 décès constatés dont 12 d'origine cardiovasculaire. Aucune dissection aortique n'a été observée. Neuf cas d'endocardites (2,6%) ont été diagnostiqués dont 6 traitées médicalement. Cent deux patients (soit 29%) ont été opérés avec un délai médian de 37 mois après la 1ère échocardiographie. Les résultats obtenus sont rassurants en termes de mortalité avec toutefois un taux de chirurgie au cours du suivi important. Ces données sont en accord avec celles issues de la littérature
Rétrécissement aortique serré asymptomatique à fraction d'éjection ventriculaire gauche conservée et bas risque opératoire : chirurgie précoce versus suivi médical attentif by Justine Delabre( )

2 editions published between 2018 and 2019 in French and held by 2 WorldCat member libraries worldwide

Introduction : le rétrécissement aortique (RAo) est la valvulopathie la plus fréquente dans les pays développés et sa prévalence est en constante augmentation. Le remplacement valvulaire aortique est le seul traitement curatif du RAo à ce jour. La prise en charge des patients symptomatiques est bien codifiée contrairement aux patients asymptomatiques. L'objectif de ce travail était de comparer la chirurgie précoce (dans les trois mois) chez des patients asymptomatiques avec un RAo serré, à faible risque opératoire, FEVG préservée et sans indication de classe I à un remplacement valvulaire aortique, dans une étude multicentrique (Amiens, Lille, Bruxelles). Méthodes : 439 patients ont été inclus dans une base de données, entre 2000 et 2016, avec un diagnostic de RAo serré porté au sein de trois laboratoires d'échocardiographie. Le suivi a été rétrospectif. Le RAo serré était défini par une surface aortique inférieure à 1cm² (ou 0.6cm²/m²), un gradient moyen >40mmHg, une FEVG >50%, asymptomatique au moment du diagnostic avec un EuroSCORE II <4%. Les patients ont été répartis en deux groupes : 192 patients dans le groupe chirurgie précoce et 247 patients dans le groupe suivi médical attentif. Cette étude comparait la survie chez les patients atteints de RAo serré asymptomatiques opérés précocement comparé au traitement de référence (suivi médical attentif). Résultats : le taux de survie à 5 ans des patients opérés précocement était de 89+/-3% et de 63+/-4% dans le groupe suivi médical (p<0.001). La survie ajustée sur l'âge, l'EuroSCORE II, la V max >5.5m/sec, était meilleure dans le groupe chirurgie précoce (OR = 3.7 [2.14-7.18], p < 0.001). En analyse multivariée, l'âge (HR= 1.05 [1.02-1.08], p = 0.001), l'EuroSCORE II (HR= 1.29 [1.05-1.59], p = 0.015), la V max trans-aortique > 5.5m/sec (HR= 2.10 [1.12-6.8], p = 0.026) étaient prédicteurs indépendants de mortalité toutes causes. La mortalité cardiovasculaire était significativement plus élevée dans le groupe suivi médical attentif (OR= 4.15 [1.80-9.6], p=0.001). En analyse multivariée, l'âge (HR= 1.09 [1.04-1.15], p < 0.001), l'antécédent d'infarctus du myocarde (HR= 3.60 [1.35-9.64], p = 0.011), l'EuroSCORE II (HR= 1.92 [1.52-2.40], p < 0.001), étaient des facteurs prédictifs indépendants de mortalité cardiovasculaire. La probabilité de chirurgie, dans le groupe suivi médical était de 19+/-2% à 1 an et de 56+/-4% à 5 ans (p<0.001). Conclusion : notre étude suggère que la chirurgie précoce chez les patients à faible risque opératoire avec un RAo serré asymptomatique et FEVG conservée est associée à une diminution du risque de mortalité toutes causes et cardiovasculaire à long terme
Impact of Preoperative Left Ventricular Remodelling Patterns on Long-Term Outcome after Aortic Valve Replacement for Severe Aortic Stenosis by Yohann Bohbot( )

1 edition published in 2018 in English and held by 2 WorldCat member libraries worldwide

Left Atrial Volume and Mortality in Patients With Aortic Stenosis( )

1 edition published in 2017 in English and held by 1 WorldCat member library worldwide

Abstract : Background: Left atrium (LA) enlargement is common in patients with aortic stenosis (AS), yet its prognostic implications are unclear. This study investigates the value of left atrial volume (LAV) and LAV normalized to body size for predicting mortality in AS. Methods and Results: We included 1351 patients with AS in sinus rhythm at diagnosis and analyzed the occurrence of all-cause death during follow-up with medical and surgical management. Five parameters of LA enlargement were tested: nonindexed LAV and normalized LAV by ratiometric (LAV/body surface area [BSA] and LAV/height) and allometric (LAV/BSA 1.7 and LAV/height 2.0) scaling. For each parameter, patients in the highest quartile were at high risk of death, whereas outcome was better and similar for the other quartiles. Five-year survival was lower for patients with LAV>95mL and LAV/BSA>50mL/m 2 compared with those with no or mild LA enlargement (both P <0.001). After adjustment for established outcome predictors, including surgery, high risk of death was observed with LAV>95mL (adjusted hazard ratio, 1.40 [95% confidence interval, 1.06-1.88]) and LAV/BSA>50mL/m 2 (adjusted hazard ratio, 1.42 [95% confidence interval, 1.08-1.91]). LAV/BSA and LAV showed good and similar predictive performance, whereas other scaling methods did not show better outcome prediction. In patients with severe AS at baseline, preserved (e"0%) ejection fraction, and no or minimal symptoms, LA enlargement was significantly associated with mortality (adjusted hazard ratio, 1.87 [95% confidence interval, 1.02-3.44] for LAV>95mL, and adjusted hazard ratio, 1.90 [95% confidence interval, 1.03-3.56] for LAV/BSA>50mL/m 2). Conclusions: LA enlargement is an important predictor of mortality in AS, incrementally to known predictors of outcome. LAV and LAV/BSA have comparable predictive performance and should be assessed in clinical practice for risk stratification
Impact of pulmonary hypertension on long-term outcome in patients with severe aortic stenosis( )

1 edition published in 2017 in English and held by 1 WorldCat member library worldwide

Abstract Aims Pulmonary hypertension (PH) is common in severe symptomatic left-sided valvular disease, particularly in aging populations. Inconsistent results have been reported concerning the association between PH and adverse outcomes after aortic valve replacement for aortic stenosis (AS). We therefore retrospectively investigated the prognostic significance of PH using peak tricuspid regurgitation velocity (TRV), as defined by the current European Society of Cardiology (ESC)/European Respiratory Society (ERS) guidelines, in a large cohort of patients with severe AS. Methods and results One thousand and nineteen patients (541 men; mean age 74 ± 11 years) with severe AS (aortic valve area (AVA) <1 cm and/or indexed AVA <0.6 cm/m of body surface area) and LV ejection fraction ≥50% were included. Patients were divided into three groups according to the level of their peak TRV at the time of enrolment: Group 1 (n = 695, 68%) when TRV was ≤2.8 m/s; Group 2 (n = 212, 21%) when TRV was between 2.9 m/s and 3.4 m/s and Group 3 (n = 112, 11%) when TRV was > 3.4 m/s. Median overall follow-up was 31 [6–182] months. On univariate analysis, overall mortality during follow-up was globally different between groups (P < 0.001). On multivariate analysis, Group 3 (TRV >3.4 m/s) exhibited significant excess mortality after adjustment for covariates of prognostic importance (P = 0.032) and after further adjustment for surgery (P = 0.012), using Group 1 as the reference group. Dividing the whole population into two groups with a 3.4 m/s TRV threshold, overall mortality during follow-up was higher in the PH group [hazard ratio (HR) 1.87; 95% confidence interval [1.37–2.56]; P < 0.001)]. On multivariate analysis, after covariate adjustment, including surgery, Group 3 exhibited major excess mortality (adjusted HR 1.46 [1.10–1.95], P = 0.009). Conclusion This study demonstrates the negative impact of pulmonary pressure, as assessed by current ESC/ERS guidelines, on long-term outcome of patients with severe AS, irrespective of functional status, chronic obstructive pulmonary disease, AS severity and surgery. Baseline TRV should therefore be taken into account in the management of severe AS
Impact of low stroke volume on mortality in patients with severe aortic stenosis and preserved left ventricular ejection fraction( )

1 edition published in 2018 in English and held by 1 WorldCat member library worldwide

Abstract Aims In patients with severe aortic stenosis (AS) and preserved left ventricular ejection fraction (LVEF), low flow (LF) is currently defined using Doppler-echocardiography by a stroke volume index (SVi)<35 mL/m. However, the relationship between LF and outcome remains unclear as data on normal reference values defining LF are scarce, and previous studies did not explore the risk associated with other SVi cut-points. We analysed the relationship between LF and mortality in severe AS to establish prognostic LF values associated with mortality risk. Methods and results This study included 1450 consecutive patients with severe AS (aortic valve area <1 cm and/or <0.6 cm/m) and preserved LVEF and 1645 controls with normal echocardiograms. Patients were stratified in three groups: (i) SVi> 35 mL/m or SV> 70 mL; (ii) SVi 30-35 mL/m or SV 55-70 mL; and (iii) SVi <30 mL/m or SV <55 mL. Mortality with medical and surgical management was analysed. Five-year survival was low for SVi <30 mL/m and SV <55 mL compared to the other groups (all P-values <0.001). After adjustment for outcome predictors, including aortic valve replacement, mortality risk was considerable with SVi <30 mL/m vs.>35 mL/m [adjusted hazard ratio (HR) 1.60 (1.17-2.18)] and SV <55 mL vs.>70 mL [adjusted HR 1.84 (1.32-2.58)]. Similar mortality risk was observed for SVi 30-35 mL/m vs.>35 mL/m [adjusted HR 1.05 (0.78-1.41)], and for SV 55-70 mL vs.>70 mL [adjusted HR 1.22 (0.94-1.58)]. The prognostic impact of SVi <30 mL/m and SV <55 mL was consistent in subgroups, including asymptomatic patients and patients with low-gradient severe AS. Conclusion Low flow defined as SVi <30 mL/m or SV <55 mL is an important outcome predictor in severe AS with preserved LVEF under medical and surgical management. Further studies are needed to prospectively test these values for risk stratification and decision making
Étude des caractéristiques et du pronostic des patients hospitalisés pour une myocardite aiguë au CHU d'Amiens entre 2010 et 2020 by Chloé Di Lena( )

1 edition published in 2021 in French and held by 1 WorldCat member library worldwide

Objectifs : le pronostic des patients atteints de myocardite aiguë (MA) est controversé. Notre étude a pour but de déterminer les caractéristiques et d'identifier les facteurs associés au pronostic intra hospitalier et à long terme des patients hospitalisés au CHU d'Amiens pour une MA entre 2010 et 2020. Méthodes : cent quatre-vingt-cinq patients hospitalisés pour MA confirmée à l'IRM cardiaque entre Janvier 2010 et Juin 2020 ont été inclus. Les données cliniques, biologiques et d'imagerie ont été analysées afin d'identifier les facteurs prédictifs de présenter un évènement cardiovasculaire durant l'hospitalisation et à long terme avec un suivi médian de 42 mois. Résultats : l'âge moyen était de 34 ans avec 79% de patient de sexe masculin. Les hommes étaient significativement plus jeunes que les femmes (p<0.001). Les douleurs thoraciques étaient retrouvées à l'admission dans 92% des cas. La fraction d'éjection (FEVG) initiale en IRM cardiaque était proche de celle de l'échocardiographie, évaluée à 55% en moyenne et 24% des patients présentaient une dysfonction ventriculaire gauche initiale (FEVG< 50%). Au total, 27 patients (14.6%) ont présenté au moins un évènement durant l'hospitalisation. En régression logistique multivariée, seule l'absence de douleur thoracique (OR = 0.10 ; IC 95% [0.015-0.074] ; p=0.023) et la diminution de la FEVG (OR=0.87 ; IC 95% [0.79-0.96] p= 0 .007) ont été identifiées comme facteurs prédictifs indépendants de survenue d'un évènement durant l'hospitalisation. Quinze patients ont présenté au moins un évènement au cours du suivi. En analyse multivariée, le rehaussement tardif (RT) très important (≥20%) s'est révélé être un marqueur pronostique indépendant puissant (HR = 10.65 ; IC 95% [1.44-78.60] ; p=0.020 ; Figure 7) en complément de la troponine, du volume télédiastolique et télésystolique du VG et de la diminution de la FEVG (tous les p<0.05). Le taux de survie sans évènements à 5 ans était de 95±2% dans le groupe avec RT<20% versus 62±1% dans le groupe avec RT ≥20% (p Log Rank =0.001). Conclusion : durant l'hospitalisation, l'absence de douleur thoracique et l'altération de la FEVG ont été identifiés comme facteurs prédictifs de présenter un évènement. Un RT très important s'est révélé être un marqueur pronostique indépendant puissant de présenter une complication à long terme
Progression du rétrécissement aortique serré à bas gradient, débit conservé et fraction d'éjection du ventricule gauche préservée by Pierre Lachambre( )

1 edition published in 2019 in French and held by 1 WorldCat member library worldwide

Le rétrécissement aortique serré à bas gradient , débit conservé défini par une surface valvulaire aortique (SVA) <1cm², un gradient moyen transaortique (GM) <40mmHg et un volume d'éjection systolique indexé indexé (SVi) ≥35 ml / m², est la forme la plus fréquente de rétrécissement aortique (RA) à bas gradient avec fraction d'éjection préservée. Cependant, la véritable sévérité de RA chez ces patients est controversé. Le but de cette étude échocardiographique était d'étudier l'évolution de la sévérité hémodynamique au cours du temps des patients présentant des caractéristiques de rétrécissement aortique serré à bas gradient, débit conservé et fraction d'éjection préservée. Nous avons inclus rétrospectivement 96 patients ayant eu 2 examens échocardiographiques sans événement lors du suivi. Après un suivi médian de 25 mois (intervalle interquartile [IQR] 15-52), une progression a été observée avec une augmentation du gradient moyen transaortique (de 28 [25-33] à 39 [34-50] mm Hg; p <0,001), de la vitesse maximale aortique (de 3,46 [3.20-3.64] à 4,01 [3,70-4,39] m/s ; p <0,001) et une diminution de la SVA (de 0,87 [0,82-0,94] à 0,72 [0,62-0,81] cm² ; p <0,001). Les taux annuels de progression étaient respectivement de 6 mm Hg / an, 0,34 m/s/an et -0,06 cm²/an. Il n'y avait pas de changement significatif dans la fraction d'éjection ventriculaire gauche avec le temps (p = 0,74). Au cours du suivi, 46 patients (48%) ont atteint les caractéristiques de RA classique à gradient élevé (GM ≥ 40 mm Hg). Cette étude montre que la plupart des patients atteints de RA à bas gradient, débit conservé et FEVG préservée présentent, après un suivi médian de 25 mois, une progression hémodynamique significative des paramètres de sévérité du RA et pas d'altération significative de la fraction d'éjection. Ces résultats suggèrent que le RA à bas gradient, débit conservé et FEVG préservée est un stade intermédiaire entre le RA moyennement serré et le RA serré classique à gradient élevé, et nécessite un suivi rapproché
Détermination du volume d'éjection systolique et du débit cardiaque selon l'âge et le sexe mesurés par échocardiographie en doppler pulsé by Fatima Djelaili( )

1 edition published in 2019 in French and held by 1 WorldCat member library worldwide

Le débit cardiaque (Qc) est un paramètre essentiel dans l'évaluation hémodynamique qui est calculé en première intention par échocardiographie-Doppler trans-thoracique (ETT). Cependant, il n'existe pas de valeurs de références. Notre objectif était de déterminer des valeurs normales de débit cardiaque (Qc) obtenues en ETT selon l'âge et le sexe. Entre 2017 et 2019, tous les adultes ayant eu une échocardiographie jugée normale à Amiens et à Lille ont été inclus dans une base de données. Après exclusion des sujets avec des antécédents cardiovasculaires ou des conditions pouvant modifier le Qc, 4064 sujets ont été inclus dans l'étude. Nous avons séparé la population selon le sexe et par tranches d'âge de 10 ans. La valeur moyenne de Qc dans la population était de 5,4±1,5 ml/min et celle du volume d'éjection systolique (VES) était de 73,5±17,9 ml. Ces valeurs étaient plus importantes chez les hommes que chez les femmes (p < 0,001). La valeur moyenne du VES indexé à la surface corporelle (VESi) était de 39.8±9ml/m2 et était légèrement supérieure chez les hommes (p=0.048). La valeur moyenne de l'index cardiaque (IC) était de 2.9±0,8l/mn/m2 sans différence entre les sexes. Après 30 ans, il n'y avait plus de différences entre les sexes en termes d'IC quelle que soit la tranche d'âge. Les valeurs correspondant au bas débit, défini comme <5e percentile était 27ml/m2 pour le VESi et 1.9 l/mn/m2 pour l'IC pour les hommes et les femmes. Ce travail nous a permis de définir des valeurs normales de VES, VESi, Qc et IC par tranches d'âge et par sexe en ETT. L'IC semble être la variable la moins dépendante du sexe et de l'âge. Nous proposons ainsi les valeurs seuils de VESi à 27 ml/m2 (au lieu du VESi de 35 ml/m2 défini antérieurement) et d'IC à 1,9 ml/min/m2 pour définir le bas débit cardiaque
Caractéristiques cliniques, paracliniques et pronostiques des endocardites aortiques isolées sur valve bicuspide : une analyse par score de propension by Seyhan Denev( )

1 edition published in 2020 in French and held by 1 WorldCat member library worldwide

La bicuspidie aortique est la malformation cardiaque congénitale la plus fréquente et l'endocardite infectieuse (EI) est une pathologie grave qui est source d'une importante morbi-mortalité. Il existe peu de données concernant les EI sur valve aortique bicuspide native isolée. L'objectif de cette étude était de comparer les caractéristiques cliniques, échographiques et bactériologiques, ainsi que la prise en charge et le pronostic entre les EI sur valve aortique bicuspide et les EI sur valve aortique tricuspide. Sept cent vingt-huit patients consécutifs atteints d'EI sur valve aortique native isolée ont été inclus dans 3 centres : le CHU d'Amiens-Picardie, le CHU de la Timone à Marseille et l'hôpital de Salerne, en Italie. Le suivi médian était de 67,2 (IQR : 19-120) mois. Sur les 728 patients, 123 (16,9 %) étaient porteurs d'une bicuspidie aortique. En comparaison avec les patients atteints d'EI sur valve aortique tricuspide, les patients atteints d'EI sur valve bicuspide étaient significativement plus jeunes, avaient moins de comorbidités et étaient plus souvent des hommes. Ils présentaient plus souvent d'événements neurologiques majeurs (22 % contre 14 %, p=0,027) et de complications périvalvulaires (34,1 % contre 16,5 %, p<0,001). Le germe responsable n'était pas identifié dans 23,6 % des cas (contre 14,4 %, p=0,011). Une chirurgie précoce (<30 jours) était réalisée dans 52 % des cas (vs. 42,8 % pour les valves aortiques tricuspides p=0,061), avec une mortalité péri-opératoire de 7,8 %. La bicuspidie n'était pas un facteur indépendant de mortalité hospitalière. L'infection à Staphylocoque était le seul facteur associé à la mortalité hospitalière chez ces patients (OR 4,33 ; IC95 1,07-17,58, p=0,04). La survie à 10 ans était de 74 ±5 % chez les patients porteurs de valve bicuspide contre 66 ±2 % chez les patients porteurs de valve aortique tricuspide (p=0,047). Après appariement par score de propension (à l'âge, au sexe et aux comorbidités), il n'y avait plus de différence de mortalité entre les deux groupes avec une survie à 10 ans respectivement de 73 ±5 % contre 76 ±4 % (p=0,912). Les EI sur valve aortique bicuspide concernent des patients plus jeunes, qui ont moins de comorbidités et qui sont plus souvent des hommes. Elles se compliquent plus fréquemment de complications périvalvulaires et d'évènements neurologiques majeurs que les EI sur valves aortiques tricuspides mais leur pronostic est comparable. Bien que le risque de développer une EI semble relativement faible chez les adultes atteints de bicuspidie et que l'antibioprophylaxie n'est plus recommandée, l'EI est une maladie grave, se compliquant fréquemment, nécessitant des mesures préventives. Les personnes atteintes de bicuspidie doivent être conscientes du risque de développer une EI, d'où l'importance d'avoir une hygiène irréprochable, particulièrement sur le plan bucco-dentaire. Une échocardiographie et des hémocultures devraient être réalisées systématiquement en cas de fièvre
Facteurs prédictifs de la persistance d'œdème et de rehaussement tardif à l'IRM après une myocardite [i.e aiguë] by Isabelle Limouzineau( )

1 edition published in 2020 in French and held by 1 WorldCat member library worldwide

La myocardite aiguë (MA) représente un défi diagnostique et thérapeutique, tant sa présentation initiale est variable et l'évolution incertaine avec la possibilité d'en garder une séquelle sur l'IRM. Notre étude a pour but de définir des facteurs prédictifs de la persistance d'œdème et de rehaussement tardif à l'IRM après une MA. Cent-dix patients atteints d'une MA confirmée à l'IRM ont été suivis rétrospectivement entre janvier 2010 et décembre 2018. Tous les patients ont bénéficié d'une IRM de contrôle au cours du suivi. Les données cliniques, biologiques et d'imagerie ont été analysées pour déterminer les facteurs prédictifs de la persistance d'œdème et d'une séquelle de myocardite sur un suivi moyen de 51 mois. L'âge moyen était de 33 ans avec 80 % de patient de sexe masculin. La fraction d'éjection moyenne initiale était de 56.2 % et 29 % des patients présentaient une dysfonction ventriculaire gauche initiale. À l'IRM initiale, tous les patients présentaient du rehaussement tardif, et 79 % des patients présentaient de l'œdème. Seul l'importance du pic de troponine initial était associé à la persistance d'œdème sur l'IRM de contrôle (OR 1.05; 95 IC [1.01-1.10], p= 0.025). Deux facteurs indépendants prédictifs de la persistance d'une séquelle ont été identifiés : la dysfonction ventriculaire gauche (OR 7 ; 95 IC [1.5-57], p=0.040) et l'importance du rehaussement tardif initial (OR 12 ; 95 IC [1.5-97], p=0.017). Au cours du suivi, 18 patients (16.3%) ont présenté des événements cardio-vasculaires. La survie sans évènement à 5 ans était de 75± 8 % dans le groupe de patients présentant une dysfonction VG initiale (FEVG< 55%) et de 97± 2% chez les patients sans altération de la fonction VG (p=0.009). Les patients présentant d'emblée une MA sévère, avec dysfonction ventriculaire gauche et une prise de contraste tardive importante >10% sont les patients les plus susceptibles de garder une séquelle de myocardite. Son impact pronostique reste encore à préciser
Dépistage de l'ischémie myocardique par échocardiographie de stress dans une cohorte de 291 diabétiques sans antécédents de coronaropathie : indications, résultats, et facteurs associés à un test positif by Manon Bellaïche( )

1 edition published in 2020 in French and held by 1 WorldCat member library worldwide

Le diabète est une maladie fréquente qui se complique de coronaropathie silencieuse chez 20 à 30% des diabétiques de type 2. Son dépistage se justifie par sa prévalence importante et par le haut risque d'évènements cardiovasculaires en cas de test positif. Cependant, il convient de cibler ce dépistage sur les diabétiques les plus à risque. L'objectif de ce travail était de décrire les caractéristiques des patients diabétiques faisant l'objet d'une recherche d'ischémie silencieuse par échographie d'effort ou de stress pharmacologique et d'identifier les facteurs prédictifs de positivité de l'examen. Tous les patients diabétiques symptomatiques ou non ayant bénéficié d'une échographie de stress pour recherche d'ischémie coronaire au CHU d'Amiens entre 2017 et 2018 ont été inclus. Nous avons inclus 291 patients (âge moyen 62 ans, 55% d'hommes, 84.9% de diabète de type 2). L'échocardiographie de stress était positive chez 32 patients (11%). En analyse multivariée, dans la population globale de l'étude, les facteurs indépendamment associés à un test d'ischémie positif étaient la présence d'une dyspnée d'effort (OR 4.34[1.70-11.03] ; p=0.002), la présence d'un bloc de branche gauche ou de troubles de la repolarisation sur l'ECG de repos (OR 4.03[1.51-10.77] ; p=0.005), le tabagisme (OR :3.21[1.29-7.98] ; p=0.01) et la rétinopathie diabétique (OR 5.96[2.25-15.83] ; p<0.001). Chez les patients diabétiques asymptomatiques les facteurs associés à un test positif étaient : le sexe féminin (OR 4.02 [1.21-13.4] ; p=0.02), les anomalies de l'ECG de repos telles que bloc de branche gauche ou troubles de la repolarisation (p=0.03), le tabagisme (p=0.02) et la présence d'une rétinopathie diabétique (p=0.008). Dans ce registre monocentrique rétrospectif de 291 patients diabétiques ayant bénéficié d'une échocardiographie de stress pour recherche d'ischémie myocardique seul 11% des tests se sont révélés positifs. La présence d'une rétinopathie diabétique, les symptômes, les anomalies ECG et le tabagisme étaient associés à un test positif. D'autres études sont nécessaires pour identifier les patients les plus à risque d'ischémie myocardique asymptomatique afin de pouvoir proposer un dépistage plus ciblé
Impact de la localisation de la myocardite aiguë en IRM cardiaque sur les caractéristiques et le pronostic des patients by Wahiba Boukefoussa( )

1 edition published in 2021 in French and held by 1 WorldCat member library worldwide

Contexte / objectifs : L'IRM cardiaque est devenue un outil incontournable pour le diagnostic de myocardite aigue (MA) principalement à travers la détection du rehaussement tardif (RT) localisé typiquement à la paroi inférieure ou latérale du ventricule gauche (VG). L'influence de cette localisation « typique » sur les caractéristiques et le pronostic des patients est peu connue. Notre étude a pour but d'évaluer l'impact de la localisation typique du RT sur le pronostic. Méthodes : Cent quatre-vingt-cinq patients présentant un diagnostic de MA confirmé à l'IRM ont été inclus entre janvier 2010 et juin 2020. Le critère de jugement principal était composite comprenant le décès, les hospitalisations pour insuffisance cardiaque, les troubles du rythme ventriculaires soutenus, l'implantation d'un défibrillateur automatique ainsi que la récidive de MA. Le suivi médian était de 42 [27-75] mois. Résultats : Une localisation « typique » du RT était retrouvée chez 109 patients (59%). Un syndrome pseudo-grippal était plus souvent retrouvé dans ce groupe de patients (43% versus 27%, p=0.022). La FEVG sur l'IRM initiale était plus élevée chez les patients ayant une localisation typique du RT que chez les patients avec une autre localisation (57% versus 53%, respectivement, p=0.001). Une étendue importante (≥10%) et très importante (≥20%) du RT était plus fréquente chez les patients avec une autre localisation du RT (52.6% vs. 32.1% et 19.7% vs. 4.6% respectivement, p<0.05 pour les deux), y compris à l'IRM de contrôle (n= 148/185). Les complications intra-hospitalières étaient plus fréquentes dans le groupe présentant une autre localisation (21.1% vs. 10.1% ; p=0.032). En analyse de Kaplan-Meier, la survie sans évènement à 5 ans était de 96±3% pour le groupe de « localisation typique » et 76±6% pour l'autre groupe (p Log Rank =0.008). En analyse multivariée, la localisation « autre » était indépendamment associé à la survenue d'évènements après ajustement à des covariables ayant un impact pronostic comme l'âge, la troponine, les comorbidités, la FEVG et l'étendue du RT (HR = 4.34 [1.41-13.31]; p=0.010). Conclusion : Notre étude montre que la localisation du RT dans la MA est un paramètre simple qui peut fournir des informations pronostiques importantes. D'autres études sont nécessaires pour évaluer la place du traitement et préciser les modalités de suivi pour ces patients
 
moreShow More Titles
fewerShow Fewer Titles
Audience Level
0
Audience Level
1
  General Special  
Audience level: 0.00 (from 0.00 for Guide prat ... to 0.00 for Guide prat ...)

Associated Subjects
Languages
French (17)

English (6)